Vous voulez voyager différemment, avec plus de curiosité, plus d’intérêt culturel ? //
Découvrez nos bons plans tourisme et culture, pour vous offrir un voyage plus enrichissant !

Vous trouverez ici l’agenda des événements culturels. //
Choisissez votre catégorie : en France, en Europe ou en Asie

Fév
6
mar
Ruralités en mediterrannée, au Mucem de Marseille
Fév 6 2018 – Nov 30 2019 Jour entier

A travers une sélection d’œuvres et d’objets (en partie issus des collections du Mucem), l’exposition « Ruralités » explore les fondements de l’agriculture et de l’élevage en Méditerranée. Du Néolithique à nos jours, de l’invention de l’agriculture à la naissance des dieux, l’exposition propose une odyssée de 10 000 ans à la découverte des hommes, des cultures et des techniques qui ont contribué à façonner le monde d’aujourd’hui.

La présentation s’attache plus particulièrement à la « triade méditerranéenne » (céréales, vigne et olivier), à l’élevage et à la domestication de l’eau douce… Autant de problématiques qui, à l’heure de la démographie urbaine galopante, des bouleversements climatiques et de la réduction des ressources en eau, entrent en résonnance avec les enjeux contemporains.

Dans quel contexte l’exposition « Ruralités » a-t-elle été conçue ?

La Galerie de la Méditerranée est l’espace d’exposition semi-permanent du Mucem. Depuis fin 2015, sa première salle fait l’objet d’une présentation dont l’objectif est de mettre en évidence les fondamentaux de l’agriculture méditerranéenne. Nous avons renouvelé 60 % des objets : il s’agit de montrer au public l’évolution de la collection du musée tout en conservant les pièces les plus emblématiques de cet espace, comme la roue hydraulique égyptienne, la cabane de berger, ou la vitrine des pains.

C’est la « triade méditerranéenne – les céréales, l’olivier et la vigne – qui constitue désormais le cœur du propos de l’exposition »…
La Méditerranée a longtemps été considérée comme un espace exclusivement maritime avant de devenir, au cours du XIXe siècle, un objet d’étude privilégié en tant qu’espace maritime et terrestre. Les géographes caractérisent ce territoire méditerranéen par la présence de l’olivier, de la vigne et des céréales, comme éléments spécifiques de l’agriculture dans cette partie du monde. Ils sont présentés dans l’exposition à travers des objets révélateurs des pratiques et des techniques agricoles en Méditerranée. Certains d’entre eux ont été acquis spécialement pour cette nouvelle présentation.
Pouvez-vous nous donner un exemple ?
Dans la section consacrée à la viticulture, nous avons notamment acquis du matériel viticole du début du XXe siècle collecté en Géorgie. C’est dans ce pays que sont attestées la domestication de la vigne et la vinification vers 6 000 av. J.-C. Nous présentons également un alambic crétois, le kazani, qui permet la fabrication du raki (qui date de la première moitié du XXe siècle). Enfin, grâce à un partenariat avec les domaines de Châteauneuf-du-Pape, nous avons pu obtenir de nombreux prêts d’objets qui permettent de suivre les différentes étapes de la viticulture, de la vigne au vin.

Les pièces ethnographiques liées à la culture de l’olivier sont issues des premières collectes méditerranéennes du Mucem, lorsque la décision a été prise d’élargir le champ géographique de l’ancien musée national des Arts et Traditions populaires. Ils illustrent, étape par étape, la fabrication de l’huile d’olive, mais aussi d’autres usages plus originaux comme l’huile pour la fabrication du savon ou l’huile associée à l’eau utilisée pour le baptême dans le culte orthodoxe. Il en va de même pour le vin, symbole du « sang du Christ » dans un contexte chrétien. Ce panorama nous permet donc d’évoquer les différentes symboliques liées à la vigne et à l’olivier.

Ces différentes symboliques se vérifient encore dans la fameuse « vitrine des pains »…
Ces pains étaient destinés à être consommés, mais aussi à être utilisés dans le cadre de fêtes religieuses ou de rites de passage (naissances, mariages, Noël, nouvel an, etc.). Cela illustre un aspect original de l’art populaire du XXe siècle.
J’ajoute enfin que nous avons souhaité établir un lien entre ces objets anciens et le monde rural contemporain : le projet PATREM propose à des élèves des lycées agricoles de la région PACA, associés à des musées du territoire, d’effectuer des portraits vidéo d’agriculteurs, d’éleveurs, de viticulteurs… En écho aux objets des collections du musée, ces portraits expriment ainsi les métiers et modes de productions d’aujourd’hui.

plus d’infos : http://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/ruralites

Mar
6
mar
Al Tibb, la médecine traditionnelle dans l’islam / Kuala lumpur, Malaisie
Mar 6 – Déc 31 Jour entier

« La médecine est une science à partir de laquelle on apprend les états du corps humain en ce qui concerne ce qui est sain et ce qui ne l’est pas, afin de préserver une bonne santé quand il existe et restaurez-le quand il manque. » -Ibn Sina (.1037)

La médecine en Islam porte une histoire d’enquête, d’innovation et de changement. À travers et à travers, la recherche du savoir occupe une place estimée dans la vision du monde islamique. Cette notion, combinée au besoin universel de préserver et de restaurer la santé, a donc stimulé le développement de la science de la médecine dans les premiers siècles de l’Islam à pas de géant. Partout dans le monde islamique, les médecins, les scientifiques et les philosophes ont soutenu la richesse des connaissances médicinales avec leurs contributions incalculables. Al-Tibb: La guérison des traditions dans les manuscrits médicaux islamiques tente de rendre manifeste ce voyage de découverte et de réalisations. Une sélection de manuscrits, accompagnés d’objets d’accompagnement, cherche à donner vie à l’impulsion intellectuelle des savants du passé. En mesurant l’ampleur du sujet, le discours navigue dans plusieurs domaines, à savoir: la médecine prophétique, le mouvement de la traduction, la pharmacie et la diététique, le bimaristan, l’anatomie, la médecine malaise et la médecine traditionnelle. «Chaque maladie a un remède», a dit le Prophète Muhammad (PSL); et la recherche de la guérison dans les traditions islamiques a couvert de nombreux jalons depuis.