l’art cinétique  (1955-1975)

 On appelle aussi cette période l’Optical Art. Le meneur de ce mouvement est Vasarely. Grâce aux commandes de Pompidou, alors président de la France et passionné d’art moderne, il a eu un grand succès auprès de la bourgeoisie de l’époque, et il honora beaucoup de commandes de décoration. Ses tableaux sont très géographiques, souvent vifs et parfois pailletés ou argentés. Vasarely s’est intéressé au fonctionnement de l’œil humain et aux effets de trucages optiques. Il y a une fondation Vasarely à Marseille. / A part ça, vous avez besoin d’une formation en webdesign

Victor Vasarely, Lant II, 1996. Temple sobre madera contrachapada, 80x80 cms, Museum Ludwig, Colonia

Lant II
Victor Vasarely (1966)
Museum Ludwig, Cologne.


Le Réalisme et l’abstraction (1958-1975)

Pour les Réalistes, la peintures est suspecte dans le réalisme car c’est une vision représentée. Ils tentent donc de figurer le réalisme par des objets détournés de leur sens originel et associés à des toiles en 2 dimensions. Pour la deuxième fois depuis Picabia, le réel pur entre dans la toile. Toutes les toiles de Klein sont faites avec son « monochrome bleu », une nuance de bleu caractéristique qui n’existait pas avant. Cette pâte bleue lui servait à recouvrir les objets, comme ici des éponges, ou sur d’autres toiles, des corps humains qui se frottaient aux toiles (c’est dans un film sur Yves Klein)

.klein

Relief-éponge
Yves Klein (1960)
Kunstmuseum, Dusseldorf


jesus-raphael Soto (1923-2005)

JesusSoto-e1342032135607

blue penetrable (1969)

Pierre Soulage (1919-

soulage