Le Pop Art (1958-1965)

« On voit l’Amérique différemment quand on est pop », disait Andy Warhol. 
Il disait aussi « Les centres commerciaux sont les nouveaux musées ». 
Tout l’esprit du pop art est là. Pousser à son paroxysme la logique fragile de la société de consommation et de l’Amecican Dream, jusqu’à l’absurde. 
Tout est devenu consommation, mondanités superficielles, illusions de bonheur, argent facile. Les Pop vivent totalement dans cet univers, pour le faire imploser. 
Coca cola, pin-up, Vietnam, campbell, dollar, serial killer, Marylin, travestis, télé-achat, suicide. Tout est sur le même niveau d’importance. Surtout, il faut faire des tableaux insouciants qui parlent de tout ça mélanger, les vendre et devenir riche et célèbre, et ne jamais penser à tout ça.Qu’est-ce qui peut bien rendre nos intérieurs d’aujourd’hui si différents, si séduisants ? 

Keith haring – Social crazy

Andy Warhol (1930-1987)

Fils d’un immigrant tchèque ouvrier métallurgiste à Pittsburg, Andrew Warhola débarque à New York à 22 ans, avec des rêves de gloire. Publicitaire et dessinateur pendant 10 ans, il trace les contours de ce qu’il appellera ensuite le Pop Art dès 32 ans, avec des sérigraphies imprimés sur grands formats, basés sur des polaroïds. Il s’installe à la Factory, un loft post-industriel de Soho, au sud de Manhattan. Très mondain, il connait vite un vif succès, devient très riche, et invite beaucoup de personnes célèbres dans son atelier. Il peint par sérigraphie ses amis célèbres, Yves Saint Laurent, Liza Minelli, Liz Talor, et des dollars, puis des chaises électriques, des tueurs, des accidents de voitures… Il prône un art publicitaire, qui se reproduit en masse, sans prétention sacrée. / A part ça, vous avez besoin d’une formation en e.commerce
Il est aussi producteur de cinéma, en réalisant des films avec une vieille caméra 16 images/secondes, tournés sans scénario (ou très vague), sans répétition et tournés une seule fois. Il produit aussi les films de Paul Morissey, avec son acteur favori, Jo d’Allessandro.
Puis il lance le Velvet Underground, en réunissant Lou Reed, John Cale et la chanteuse/mannequin allemande Nico. Il disait que son but était de vendre plus que les Beatles (c’est là toute l’ironie du Pop Art, qui dénonce le culte de l’argent, en le poussant à l’absurde).
Il a peint avec son ami Jean-Michel Basquiat, peintre New-Yorkais d’origine Haïtienne, mort à 30 ans.


quatre fois Marylin
Andy Warhol (1964)
Collection Thomas Armmann, Zurich


David Hockney (1937-

A Bigger Splash 1967 David Hockney born 1937 Purchased 1981 http://www.tate.org.uk/art/work/T03254
Peintre anglais né à Londres, David Hockney, fils unique, grandit dans une famille de revenus moyens. Il est paisible, rêveur, et peint la phase surréaliste, imaginaire, fantasmatique, proche de Magritte, du Pop Art.
A cette époque, il est célèbre pour ses toiles représentant des maisons californiennes avec piscines, parfois avec des nageurs. Il peint aussi ses amis ou ses parents, avec des objets, des statures des reflets qui révèlent la psychologie des personnages.
Un film lui est consacré, où on le voit vivre dans les années 70 .


A Bigger Splash
David Hockney (1967)
Tate Gallery, Londres


Edward Hopper (1882-1967)

Hooper peint le quotidien tel qu’il est mis en scène dans les films, à une époque où le cinéma américain inonde le monde entier. Les américains sont alors aux yeux de tous des gens dont la vie est heureuse, opulente, fascinante (Humfrey Boggart, Marylin Monroe, James Dean). Hooper met en scène des individus inconnus dans des images de cinéma idéalisé, tout en y ajoutant une touche d’abstraction qui laisse songeur. Hooper est le précurseur de la peinture figurative.


Oiseaux de nuit 
Edward Hooper (1942) 
The art institute of Chicago